Changements de postes chez Amazon : attention aux bouchons infernaux

Publié le 24 Novembre 2016

LAUWIN-PLANQUE

Changements de postes chez Amazon : attention aux bouchons infernaux

Chez Amazon, avant les fêtes, c’est la période de pointe, la Q 4 dans le jargon maison. D’où l’arrivée d’un nombre important d’intérimaires pour renforcer les permanents. Problème : le parking de la plateforme peine à recevoir tout le monde. Et aux changements de postes, ça bouchonne sérieusement.

Que l’on aille chez Amazon ou pas, il existe des créneaux horaires qu’il vaut mieux éviter dans le secteur.

Que l’on aille chez Amazon ou pas, il existe des créneaux horaires qu’il vaut mieux éviter dans le secteur.

Sophie (1) ronge son frein. Elle a quitté son domicile à 4 h 45. À 5 h 15, elle est plantée sur un rond-point. Le temps passe et le risque d’arriver en retard augmente de minute en minute. Finalement, elle ne rejoindra le parking qu’à 5 h 55. En temps normal, elle aurait dû faire le trajet en un quart d’heure. Et tous les jours, désormais, c’est comme ça. Car à Lauwin-Planque, les places de stationnement d’Amazon sont comptées – un millier environ.

« Vers 13 h, 13 h 15, quand les employés du poste d’après-midi arrivent, ils sont obligés d’attendre la sortie de ceux du poste du matin »

 

Et avec la multiplication des intérimaires embauchés pour faire face au surcroît de travail, en fin d’année, ça ne passe plus. Dixit notre interlocutrice, c’est pareil le midi. « Vers 13 h, 13 h 15, quand les employés du poste d’après-midi arrivent, ils sont obligés d’attendre la sortie de ceux du poste du matin.  » Avec à la clé un long bouchon qui part de la rocade, à la bifurcation vers Douai ou l’usine Renault. Idem sur l’A 21 et la départementale en direction de Courcelles-lès-Lens. Cela crée évidemment une polémique parmi les personnes concernées, qui perdent ainsi beaucoup de temps dans les bouchons, «  pour une maigre rémunération au final  ».

Depuis mardi, la direction a donc décidé de réagir. Des macarons, obligatoires à coller sur le pare-brise, avec le numéro de parking, ont été distribués. Mais ils sont réservés aux permanents et aux intérimaires anciennement en poste. Il est aussi question de stationnements dans l’enceinte voisine de Grimonprez. Pour les autres, il est envisagé de les envoyer à Gayant-expo. Là, une ou plusieurs navettes iraient les prendre pour les ramener chez Amazon.

Roder le système

Reste que si la formule est intéressante, elle soulève des interrogations. Gayant-expo, c’est grand. Sur quel parking aura lieu le rendez-vous ? Existera-t-il une zone spécifique pour se garer ? Et comment reconnaître la ou les navettes ? Qui arrivent d’ailleurs à quelle heure ? Et disposent de combien de places ? Elle vous débarque où ? Et dans l’autre sens, on fait comment ? Et ce n’est qu’une partie du problème. Si la navette n’arrive pas, ils font quoi les salariés ? Qui doivent-ils alerter ? À quel numéro ? Un retard indépendant de la volonté du salarié risque d’entraîner une retenue sur salaire ? Qui va compenser ? Et la navette, qui paie ?

Même pour un heureux possesseur de macaron, cela peut aussi vite se compliquer. Voiture en panne, ou en révision, voiture de prêt : plus de macaron. Pare-brise explosé, on fait quoi pour récupérer un autre sésame ? Il va falloir étudier tout ça et roder le système. En attendant, il vaut mieux s’armer de patience.

(1) Prénom d’emprunt. La direction d’Amazon, contactée à plusieurs reprises, n’a pas donné suite pour le moment.

« Aussi un problème de contrôles »

La difficulté actuelle pour se rendre à Amazon ne serait pas liée qu’à un afflux supplémentaire d’intérimaires. Un représentant de la CGT explique que ce serait plutôt dû aux contrôles des camions, mis en place par l’entreprise. «  Le bouchon ? Il a toujours plus ou moins existé. Mais pas de cette ampleur. Aujourd’hui, c’est pire… C’est depuis qu’ils ont mis en place un contrôle au niveau de Kiabi.  » Pour diriger certains véhicules vers une zone de stockage, dans l’enceinte de ce qui est actuellement un ensemble Grimonprez, mais qui va bientôt être repris par Amazon. «  C’est ça qui crée le bouchon…  »

Il confirme lui aussi la mise en place des macarons, les projets de stationnements extérieurs, et même de navettes. Pour quand ? Il ne sait pas. Pour être au travail à 9 h 30, il lui faut partir à 7 h 45. Pour d’autres, c’est même à 4 heures. Pas contente de ça et du reste, dont des conditions de travail, la CGT a lancé un préavis de grève générale pour la semaine prochaine.

Le dernier kilomètre en 40 minutes

Ça bouchonne déjà à hauteur de Carrefour Flers. La suite promet.

Dans la série « On a testé pour vous », voici le bouchon d’Amazon. Il est 12 h 55 et tout est déjà bouché sur la D 643 à hauteur du centre commercial Carrefour Flers. Rien d’autre à faire que d’attendre que ça passe. On a même le temps de descendre prendre quelques photos avant que le flot de véhicules ne se remette en mouvement. Un premier rond-point franchi ne vous rassure en rien. De quelque direction qu’on prenne le problème, c’est pareil. La bretelle de sortie de l’autoroute A 21 est aussi bouchée.

On repasse un rond-point, au pas, puis un autre, avant de pouvoir enfin apercevoir de loin les premiers bâtiments logistiques. Mais on n’est pas encore au bout de ses peines. Elle est longue la rue de la Plaine ! Enfin, le but est proche. Mais on tombe alors sur des camions en train de se faire contrôler. Il aura fallu quarante minutes pour en arriver là. Demi-tour, on rentre. On a alors une pensée émue pour celles et ceux qui se tapent ça tous les jours. Car, ensuite, plus de problème. Ceux qui ont quitté le parking sont déjà loin. La route est enfin libre.

La Voix du Nord Par J.-F. GUYBERT | 

Rédigé par Zac_Lauwin-Planque

Repost 0
Commenter cet article