Nuisances sonores de la rocade minière (activité logistique)

Publié le 17 Août 2017

Avec le développement des activités logistiques dans le Douaisis, la circulation – et notamment celle des poids lourds – ne cesse d’augmenter sur la RD 621. Au grand dam des habitants du Petit Cuincy qui peinent, à tous les sens du terme, à se faire entendre. Leur quartier ne bénéficie d’aucune protection phonique.

Le matin, le midi et le soir, le séjour sur la terrasse des Delfosse est impossible et il faut fermer la porte-fenêtre du salon pour se protéger du bruit.

Le matin, le midi et le soir, le séjour sur la terrasse des Delfosse est impossible et il faut fermer la porte-fenêtre du salon pour se protéger du bruit.

C’est un mignon quartier, tout au bout de Cuincy… Martine et Jean-Claude Delfosse y ont leur maison depuis des années. Grande pelouse, jardin potager, vaste terrasse… Le Petit Cuincy pourrait être un authentique coin de paradis, s’il n’y avait ce bourdonnement incessant. Un bruit de fond qui monte en intensité dès qu’un camion passe sur la rocade minière, la RD 621. Celle-ci passe pour ainsi dire au fond du jardin des Delfosse. Le séjour sur la terrasse en devient inconfortable. Et même lorsqu’on est dans le salon, fenêtre ouverte en ce mois d’août, le bruit est nettement perceptible. «  Et encore, là ça va, précise Jean-Claude. Le pire c’est le matin, à partir de 5 h 30 jusqu’à 9 h. Ça recommence le midi et le soir, entre 16 h 30 et 19 h. On est obligé de fermer les fenêtres et il est impossible de rester sur la terrasse. Nous ne sommes pas les seuls dans ce cas. Toutes les maisons du voisinage, rues Jules-Guesde, Sadi-Carnot ou impasse Saint-Nicolas, sont impactées.  »

 

« Dans les autres communes longées par la RD 621, des merlons arborés ont été édifiés. Pas chez nous. »

Dans le Petit Cuincy, le problème ne date pas d’hier. La première pétition a été signée en1992. «  Mais à l’époque, on était à 64,5 décibels alors que la norme était, je crois, de 65 décibels. Du coup, rien n’a été fait.  » Les habitants du Petit Cuicny, soutenus par l’association Cuincy-environnement-santé, ne se sont pas découragés et relancent régulièrement des démarches auprès du Département, qui gère la RD 621, de la communauté d’agglomération du Douaisis, du maire de Cuincy, de la subdivision de l’Équipement… «  Dans les autres communes longées par la rocade, comme Lauwin-Planque, Lambres ou Courchelettes, des merlons (NDLR : des buttes de terre) arborés ont été installés pour créer une isolation phonique. Pas pour nous…  » se désole Jean-Claude Delfosse.

 

« Nous allons bientôt avoir Goodman sur la zone de L’Hermitage. Ça va encore augmenter le trafic. »

Depuis 1992, avec l’installation de nombreuses activités de logistique dans le Douaisis, la circulation sur la RD 621 est passée de 20 000 véhicules par jour à 30 000. «  Et nous allons bientôt avoir Goodman qui va s’installer sur la zone de L’Hermitage. Cela va encore intensifier le trafic, s’inquiète Jean-Claude. Pendant un moment, ils ont pensé faire passer la RD 621 à quatre voies, ce qui les aurait obligés à prévoir un dispositif d’isolation phonique. Mais là, on n’en parle plus pour le moment… Bien sûr, je ne suis pas technicien et ce n’est pas à moi de dire quelle serait la bonne solution. Mais comme je ne suis pas très béton, je pense qu’un merlon de terre avec des arbres plantés dessus arrangerait déjà très bien les choses.  »

C’est un mignon quartier, tout au bout de Cuincy… Martine et Jean-Claude Delfosse y ont leur maison depuis des années. Grande pelouse, jardin potager, vaste terrasse… Le Petit Cuincy pourrait être un authentique coin de paradis, s’il n’y avait ce bourdonnement incessant. Un bruit de fond qui monte en intensité dès qu’un camion passe sur la rocade minière, la RD 621. Celle-ci passe pour ainsi dire au fond du jardin des Delfosse. Le séjour sur la terrasse en devient inconfortable. Et même lorsqu’on est dans le salon, fenêtre ouverte en ce mois d’août, le bruit est nettement perceptible. «  Et encore, là ça va, précise Jean-Claude. Le pire c’est le matin, à partir de 5 h 30 jusqu’à 9 h. Ça recommence le midi et le soir, entre 16 h 30 et 19 h. On est obligé de fermer les fenêtres et il est impossible de rester sur la terrasse. Nous ne sommes pas les seuls dans ce cas. Toutes les maisons du voisinage, rues Jules-Guesde, Sadi-Carnot ou impasse Saint-Nicolas, sont impactées.  »

 

« Dans les autres communes longées par la RD 621, des merlons arborés ont été édifiés. Pas chez nous. »

Dans le Petit Cuincy, le problème ne date pas d’hier. La première pétition a été signée en1992. «  Mais à l’époque, on était à 64,5 décibels alors que la norme était, je crois, de 65 décibels. Du coup, rien n’a été fait.  » Les habitants du Petit Cuicny, soutenus par l’association Cuincy-environnement-santé, ne se sont pas découragés et relancent régulièrement des démarches auprès du Département, qui gère la RD 621, de la communauté d’agglomération du Douaisis, du maire de Cuincy, de la subdivision de l’Équipement… «  Dans les autres communes longées par la rocade, comme Lauwin-Planque, Lambres ou Courchelettes, des merlons (NDLR : des buttes de terre) arborés ont été installés pour créer une isolation phonique. Pas pour nous…  » se désole Jean-Claude Delfosse.

 

« Nous allons bientôt avoir Goodman sur la zone de L’Hermitage. Ça va encore augmenter le trafic. »

 

Depuis 1992, avec l’installation de nombreuses activités de logistique dans le Douaisis, la circulation sur la RD 621 est passée de 20 000 véhicules par jour à 30 000. «  Et nous allons bientôt avoir Goodman qui va s’installer sur la zone de L’Hermitage. Cela va encore intensifier le trafic, s’inquiète Jean-Claude. Pendant un moment, ils ont pensé faire passer la RD 621 à quatre voies, ce qui les aurait obligés à prévoir un dispositif d’isolation phonique. Mais là, on n’en parle plus pour le moment… Bien sûr, je ne suis pas technicien et ce n’est pas à moi de dire quelle serait la bonne solution. Mais comme je ne suis pas très béton, je pense qu’un merlon de terre avec des arbres plantés dessus arrangerait déjà très bien les choses.  »

Ch. Poiret «prêt à défendre le dossier»

La communauté d’agglomération du Douaisis ayant récemment reçu une requête de Cuincy-environnement-santé à propos des nuisances sonores au Petit Cuincy, Christian Poiret, son président, est bien au courant du dossier. Mais c’est surtout en tant que vice-président du conseil départemental chargé des finances qu’il répond : «  Le problème, c’est que nous ne sommes pas dans une zone noire sur la carte du bruit établie par la CAD. Or le Département intervient prioritairement sur les points noirs. Le passage de la RD 621 à quatre voies rendrait effectivement obligatoires des équipements anti-bruit, mais cela ne se fera pas avant dix ou quinze ans. Il y a pas mal d’ouvrages d’art à prévoir et ce sera coûteux. Il faut donc trouver une solution à court terme. Des merlons, comme ceux qui ont été édifiés à Lauwin-Planque, pourraient être une solution. Les services du Département mènent actuellement une étude pour voir à qui appartiennent les terrains et si nous pouvons obtenir un droit de passage pour mener des travaux. Je ne peux donc pas m’avancer pour le moment, mais c’est un dossier que je suis prêt à défendre et sur lequel je voudrais aboutir. »

Un avis du conseil municipal conjugué au conditionnel

Claude Hégo, maire de cuincy, est lui aussi bien au fait du dossier… «  Lors de l’enquête publique sur l’extension de la zone de L’Hermitage, le conseil municipal a donné un avis positif, à condition que cette question des nuisances sonores liées à la RD 621 soit prise en compte, précise-t-il. La rocade, c’est un peu la route de la logistique. Entre Amazon, avec tout ce qu’il y a autour, et l’implantation future de Goodman, le trafic de camions est en constante augmentation. Le préfet, qui était destinataire de l’avis du conseil municipal, nous a orientés vers le Département. Qui nous a renvoyés vers la communauté d’agglomération du Douaisis au motif que c’est elle qui aménage la zone de L’Hermitage… Il va quand même falloir trouver une solution. Le secteur concerné est de quelques centaines de mètres tout au plus… Peut-être qu’une baisse de la vitesse autorisée à 80 km/h pourrait aussi être une solution. C’est une route où il y a régulièrement des accidents. »

La voix du nord  Par Françoise Tourbe | 

Rédigé par Zac_Lauwin-Planque

Repost 0
Commenter cet article