Logicor Gestion & Goodman ne respectent pas l'arrêté Préfectoral (destruction Chardons)

Publié le 5 Août 2013

Malgré les efforts la CAD, cette année encore certaines parcelles de la ZAC sont envahis par les chardons ! :

 

. Merlons, bassins et plantations des entrepôts Logicor Gestion (ex Gécina)

 

 20130729 143034 20130729 142808 20130729 143527

 

 

. Parcelles libres et chantier du futur entrepôt Amazon appartenant à GOODMAN

 

 20130729 142408 20130729 143715 P1280987

 

la ZAC étant implantée sur une zone à risque et sensible pour les ressources en eau et attenante à une grande plaine de cuture, les chardons doivent faire l'objet d'une destruction.


De nombreux Agriculteurs du secteur sont partenaires de l'Agence de l'eau et participent au programme :

logo eauagri

De manière générale et en particulier pour cette zone sensible, le non respect de la destruction des chardons devient très problèmatique pour le monde Agricole et nécessite des traitements phytosanitaires complémentaires (pas en adéquation avec le programme Eau&Agriculture 2010-2012), voire des possibilités de refus de certaines productions par des conserveries...


D'ailleurs, un arrêté Préfectoral réglemente la destruction de ces ennemis des cultures... cf ci-dessous :

Arreté Préfectoral du 8 juin 2004

 


Les sociétés LOGICOR GESTION (ex GECINA) et GOODMAN
 :


. ne seraient-elles pas "Eco responsable" ?

. ne respecteraient-elles pas le travail de ses voisins agriculteurs ?

. ne seraient-elles pas en conformité avec la charte Palme de la ZAC, mise en place par la CAD ?

 

Lien vers les photos

 

Rédigé par Zac_Lauwin-Planque

Publié dans #Chardons

Repost 0
Commenter cet article

Lpo nord 10/08/2013 09:05

Bonjour.
Ils nous sembleraient judicieux de simplement les faucher ou de les rabattre après floraison afin de concilier biodiversité et activité agricole. Le chardon est une plante mellifère très
intéressante. Cependant sa prolifération n'est que le résultat de mauvaises pratiques d'espace vert (déséquilibre des sols et de la banque de graine). Ces entreprises et la CAD pourraient mettre
ces espaces en refuge LPO de manière à profiter d'un plan de gestion et d'un accompagnement conciliant tous les aspects.