ZAC de Lauwin-Planque - Pollution Lumineuse

Publié le 11 Avril 2011

Pollution lumineuse :

Cette nuisance qui éblouit la nuit douaisienne

samedi 09.04.2011, 05:10 - La Voix du Nord

 Quand la ville dort, les réverbères, vitrines et autres enseignes lumineuses s'éveillent.Quand la ville dort, les réverbères, vitrines et autres enseignes lumineuses s'éveillent.

|  ON EN PARLE |

« L'idée, c'est de rabattre la lumière vers le sol. » Pas forcément éclairer moins, mais, en tout cas, éclairer mieux. C'est ce projet que défendent six étudiants en première année à l'école des Mines de Douai, depuis quelques mois. Diminuer cette pollution lumineuse pour « rallumer les étoiles ».

 

Éclairage public, enseignes des magasins allumées toute la nuit, monuments... Les sources de pollution - ou nuisance - lumineuse sont nombreuses. Et bien qu'ayant un côté sécurisant, elles ne sont a priori pas sans danger. Ceux qui en pâtissent le plus : la faune et la flore. L'éclairage de nuit peut perturber les déplacements des animaux comme les oiseaux migrateurs, changer les relations entre les prédateurs et leurs proies, etc. « Il y a des effets négatifs chez les animaux nocturnes comme la chauve-souris ou les papillons de nuit, et sur les cycles de reproduction chez les amphibiens par exemple, détaille Grégoire Nimeskern, l'un des étudiants plongés dans ce projet. Les arbres aussi. Une expérience avait été faite, avec un arbre dont une partie était à l'ombre et l'autre placée sous un lampadaire. À l'automne, la partie éclairée continuait de développer des feuilles. » Un phénomène qui s'est amplifié avec la démocratisation de l'éclairage public.

 

Il occasionne aussi une gêne dans l'observation astronomique, en diminuant le contraste entre le ciel noir et les astres. Rendant inobservables certaines étoiles pourtant visibles à l'oeil nu. « Vendredi dernier, on était à Hamel, à une dizaine de kilomètres de Douai. En observant le ciel, on avait une sorte de halo lumineux qui se dégageait du ciel de la ville », ajoute l'étudiant.

Et pourtant, le petit groupe en est convaincu, des solutions existent. « Sur la place du Barlet, par exemple, on se croirait dans un stade de foot. On peut se demander si tout cet éclairage est nécessaire. Il y a aussi les monuments, où souvent les projecteurs sont installés dans le sol, et éclairent autant le monument que le ciel. » Mais, pour Jacques Vernier, le maire de Douai, « c'est le genre de cas spécifique sur lequel on ne peut pas avoir d'obsession obsessionnelle.

Les monuments sont un éclairage minuscule, c'est le reste qui est majeur. » Et pour le reste, les étudiants ont aussi des solutions. Ils ont planché sur la réalisation d'une étude, à destination des collectivités du Douaisis. « On espère pouvoir leur transmettre la semaine prochaine. » Dans le dossier, ils présentent un référentiel de tous les types de lampadaires qu'il est possible d'utiliser, indiquant chaque fois leurs avantages et leurs inconvénients. « Il serait peut-être intéressant de développer davantage les systèmes de réflecteur - les plots avec une bande rouge ou blanche réfléchissante -, poursuit Grégoire Nimeskern.

Ou les lumières réfléchissantes dans le sol qui limitent les bords de la route. » 

Site Internet du projet : rallumonslesetoiles.free.fr

PAR MÉLANIE DÉMAREST

logo vdn

Rédigé par Zac_Lauwin-Planque

Publié dans #Problématiques ZAC

Repost 0
Commenter cet article